La psychoénergétique et le chemin du deuil

DSCF8654

Chantal Haussaire Niquet, à partir de son témoignage de parent endeuillé et de sa pratique de thérapeute a animé notre rencontre à thème du 24 juin 2015.

Sa vie de « wonder woman » carriériste s’arrête lorsqu’elle perd un premier bébé. Elle s’effondre puis se jette dans un activisme associatif forcené, une lutte effrénée pour la reconnaissance de tous les petits morts sans « suffisamment d’existence » pour avoir droit à une naissance légale. Sa vie de «wonder woman» carriériste s’arrête lorsqu’elle perd un premier bébé.

Mais survient la perte d’un second bébé qui va cette fois l’obliger à se dire « stop » à elle-même et à revenir sur la trajectoire intérieure et extérieure de sa propre vie. Tout un cheminement personnel et accompagné la conduit alors vers un nouveau cap d’existence. Qu’est ce qui lui a permis de dépasser ces traumatismes répétitifs ? Comment a-t-elle pu tirer de ce qui lui était arrivé une « matière première » pour façonner de sa propre personne une « œuvre beaucoup plus grande que ce qu’elle était ou croyait être avant le drame » ?

Chantal Haussaire Niquet (CHN) a toujours été une passionnée de la recherche de sens, de ce qui peut nous mouvoir au-delà de nous-mêmes et nous inviter à nous considérer chacun depuis un point de vue « plus grand et plus large que nous ».

Cela va peut-être nous « chambouler » nous prévient-elle : les démarches qui l’ont le plus aidée ne sont pas vraiment conventionnelles, habituelles, peu transmises de manière courante.

De quoi s’agit-il ? D’une approche globale de la vie, d’une pensée non séparative des événements qui nous arrivent et jalonnent notre existence et de la mise en œuvre d’outils et techniques puissants que l’on peut apprendre, issus du domaine relativement récent de la psychologie énergétique.

Approches « psychoénergétiques »

photo chantale haussaire-niquet

  • à prendre soin de nous en tout premier lieu et à écouter nos sensations, car le deuil est comme une blessure dont la cicatrisation se fait mieux si l’on s’occupe de soi ;
  • à prendre conscience de certaines « agrippations » (néologisme) que nous produisons à notre insu (inconsciemment) dans notre système énergétique corporel et qui nous enferment dans des schémas physiques, psychiques et émotionnels répétitifs, bloquant la libre circulation de notre énergie vitale ;
  • à accueillir les émotions qui surgissent du fond de nous-mêmes sans aucun jugement, quelles qu’elles soient, comme on accueille un enfant qui a juste besoin d’être bercé et aimé. Conçus par leurs initiateurs eux-mêmes pour être utilisés aussi bien avec un thérapeute qu’à la maison sans aucun risque possible, seul ou en groupe, ces outils amènent avec une grande douceur à une véritable paix intérieure, grâce à une transformation de soi-même par soi-même, au rythme propre de chacun. Ils offrent de vivre le chemin du deuil sans rien en occulter tout en reconstruisant dans la paix le précieux souvenir du petit disparu et en favorisant considérablement la « remontée dans la vie » des parents meurtris par la perte de leur enfant.

Vous pouvez retrouver l’intégralité de cette rencontre en cliquant ici : « Ambassadeur de paix avec mon tout-petit décédé »

Download PDF

Télécharger cet article en PDF