La dernière campagne nationale de prévention de la mort subite du nourrisson (MSN), réalisée en 1998, a permis de faire baisser de 75 % la mortalité infantile. Pourtant, 200 décès de tout-petits pourraient être évités chaque année en France si les parents étaient mieux informés. Naître et vivre fait le point sur les mesures de prévention de la mort subite du nourrisson.

La majorité des cas de mort inattendue du nourrisson (MIN) surviennent au domicile, pendant le sommeil de l’enfant. Lorsque les examens post-mortem ne permettent pas d’expliquer le décès, la MIN est requalifiée en mort subite, ou syndrome de mort subite du nourrisson (SMSN). Certains facteurs de risque de MSN ont toutefois été identifiés.

On distingue les facteurs de risque non évitables, comme l’âge, le sexe, le faible poids de naissance (hypotrophie), la prématurité, et les facteurs de risque évitables, sur lesquels il est possible d’agir pour éviter le décès de l’enfant. Ce sont les leviers de prévention de la mort subite du nourrisson.

Ces facteurs sont plus largement expliqués lors des formations de prévention de la mort subite du nourrisson dispensées par Naître et vivre.

Recommandations de prévention de la MIN

Comment coucher votre bébé

Certaines recommandations font aujourd'hui consensus : systématiquement faire  dormir le bébé sur le dos pour prévenir le retournement : cette position de couchage a permis de réduire le taux de MSN de 75 % en dix ans ; lorsqu'il est réveillé […]
Lire la suite
prévention de la mort subite du nourrsion et le la MIN : porter son bébé

Porter son bébé : oui, mais en sécurité

Le portage des bébés connaît un renouveau depuis quelques années. Plusieurs pratiques de portage "en écharpe" font leur apparition et posent des questions concernant la sécurité de l'enfant. L'association Naître et Vivre […]
Lire la suite