Semaine nationale de prévention de la MIN 2021

Après une version minimaliste en 2020, les journées de prévention de la MIN, organisées depuis 2015 en septembre avec le soutien de Naître et Vivre, reprennent dans de nombreux centres de référence MIN et hôpitaux et maternités de France.

Éviter ce qui est évitable

Le nombre de morts inattendues du nourrisson (MIN) a beaucoup baissé en France depuis le début des années 1990 grâce aux campagnes de prévention. Malgré tout, on dénombre encore environ 350 MIN par an, dont 150 morts inexpliquées par une pathologie. Les efforts de recherche se poursuivent pour mieux comprendre ce qui peut aboutir à ce drame. Ce chiffre n’est pas une fatalité ! D’après les professionnels de la santé, ce dernier pourrait encore diminuer si les parents et toutes les personnes en charge de petits nourrissons étaient mieux informées sur les conditions de couchage et d’environnement qui diminuent les risques d’accidents pendant le sommeil.

L’objectif de cette semaine nationale, organisée par l’ANCReMIN (Association Nationale des Centres de Référence de la Mort Inattendue du Nourrisson) avec l’aide des associations de parents endeuillés, est de sensibiliser les jeunes parents, le grand public, les professionnels de santé et les professionnels de la petite enfance aux mesures de prévention permettant d’éviter ce qui est évitable.

Des journées de mobilisation et des propositions pour améliorer la prévention

En voici quelques exemples :

Les Hospices civiles de Lyon
• Service néonatalogie de l’hôpital Lyon Sud, le lundi 13 septembre de 10h00 à 17h00 dans la salle de réunion du service néonatologie (bâtiment 3B, 2e étage) pour un atelier couchage.
• Hôpital Femme Mère Enfant, le mardi 14 septembre de 9h00 à 16h00 dans le hall de l’établissement pour un parcours avec 6 ateliers.

Le CHU-Grenoble-Alpes
Mardi 14 septembre à l’hôpital Mère-Enfant de 10h30 à 16h30 : atelier de prévention pour un couchage sans risques. Annulée pour raison de crise sanitaire.

 

L’Hôpital Antoine-Béclère à Clamart – 92

Jeudi 23 septembre de 9h30 à 17h :
• dans le hall de la maternité pour accueillir les personnes sortant de la maternité et des consultations d’obstétriques.
• dans la faculté de l’hôpital, 3 salles avec ateliers :
– l’atelier « couchage sécuritaire pour éviter la mort inattendue du nourrisson ».
– l’atelier portage : animé par une kiné / ostéopathe spécialisée dans les soins de périnatalité.
– l’atelier « formation aux gestes de 1ers secours » animé par la Croix-Rouge.

 

En Bretagne,

le centre de référence pour la MIN pour le Finistère  organise une semaine « itinérante » avec une journée à Quimper le lundi 13 septembre, le 14 à Morlaix, le 15 à Brest et Carhaix, et le 17 à la clinique de Keraudren à Brest.

Mathilde Grandjon, pédiatre au centre de référence de Brest, rappelle les conseils de prévention de la MIN dans une vidéo.

Le journal Le Télégramme a informé de la semaine de prévention et, à cette occasion, a diffusé le témoignage d’Aurélie et de Jérémy qui ont perdu leur première fille Léana de la MIN à l’âge de 4 mois. Aurélie participe au groupe de parents grand-ouest.

 

Au CHU de Montpellier, durant la semaine du 13 au 19 septembre, possibilité de poser des questions sur facebook et d’y visionner des vidéos de prévention ainsi  le film « Tamalou » (à voir ici).

Au CHRU de Nancy : du 13 au 17 septembre, sensibilisation à la mort inattendue du nourrisson – ateliers pratiques à l’ hôpital d’enfants (1e, 5e étages et urgences) et une conférence le 16 septembre après-midi.

Au CHU de Saint-Étienne, le groupe de référentes MIN a organisé des ateliers de prévention sur la journée du 21 septembre :

  • Deux chambres des erreurs ont été mises à disposition des parents, encadrées par les professionnelles des services de maternité et de pédiatrie.
  • Les équipes sont allées à la rencontre des parents dans les unités d’hospitalisation pour échanger autour des recommandations de couchage, Un quiz a été réalisée pour cette occasion en collaboration avec la maison des usagers.
  • Des badges « bébé dort sur le dos » ont été financés par l’Association CHUKIDS 42 et ont été remis à chaque professionnel du Pôle.
  • Des banderoles « bébé dort sur le dos » ont été mises au niveau du rond-point d’arrivée au CHU et une sur la passerelle d’arrivée du Tram.
  • Des affiches ont été mises dans les transports en commun de la ville, au sein du CHU, à la CAF.
  • Une communication sur les réseaux sociaux a été faite (Facebook et Twitter) ainsi qu’un article dans la presse locale.

Saint-Étienne